AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 le droit daccepter l'autre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Feuille

avatar

Nombre de messages : 3770
Age : 34
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Mar 03 Juil 2007, 10:17

Pour le droit à la vie : l'avortement est quand même présenté quasiment comme une contraception d'urgence, or ce n'est pas ça *smiley qui a fait de la bio à un certain niveau * Wink

Pour moi, l'intérêt de l'enfant, ce n'est pas d'être mort : en France, il y a des gens qui seraient heureux d'adopter un enfant.. et puis dans la majorité des cas, le recours à l'avortement découle d'une négligence au niveau de la contraception... pourtant, on y a quand même largement accès en France... ce serait bien de se responsabiliser un peu... Neutral

Pour ce qui concerne les opposants : je te rejoins sur ce que tu dis. Il y a des limites à la liberté d'expression. Maintenant, quand on vient te parler de "délit d'entrave à l'IVG" pour qqun qui s'emploie à convaincre qqun d'autre de ne pas avorter... je trouve ça grave. Shocked

Regretter d'être né... Je vais être brutale, mais je considère que si c'est le cas, on n'a qu'à se suicider. Quelle que soit notre vie, même si elle n'est pas facile, on peut être heureux. Vivre, c'est une chance. Si on la refuse, tant pis... mais reprocher aux autres de nous avoir donné cette chance, c'est vraiment quelque chose que j'ai du mal à comprendre.

... et puis sinon, les syndicats... m'énervent. Ils sont très peu représentatifs de la population, font tout un foin au sujet de leur sacro-saint droit de grève alors qu'ils piétinent le droit au travail des autres (en bloquant les dépôts de bus ou les usies, par exemple... or, on n'a pas le droit d'empêcher qqun de travailler. Il me semble même que c'est un délit, mais je n'en suis pas certaine).

Et quand j'entends qu'ils veulent se faire payer leurs jours de grève... J'ai une envie folle de me téléporter sur place et d'aller engueuler les syndicalistes en question. :bof:

Bref. Désolée, on a vraiment dévié. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.help-on-line.org/
Inutile

avatar

Nombre de messages : 672
Localisation : Collectif & Fictif
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Mar 03 Juil 2007, 17:01

la richesse du verbe dans un déchiffrement observatoire et un bien être tout aussi vaillant que de se sentir seul devant l'oubli
mes promptes respects


Dernière édition par le Mer 11 Juil 2007, 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.quechoisir.org/user/non-frames/list.asp?forumid=269
Inutile

avatar

Nombre de messages : 672
Localisation : Collectif & Fictif
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Mar 03 Juil 2007, 17:08

lobotomie_ a écrit:
Laughing inutile va devoir faire gaffe à ses fesses alors !!!


Razz


le maquillage n'a pas vraiment d' uniforme


Dernière édition par le Mer 11 Juil 2007, 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.quechoisir.org/user/non-frames/list.asp?forumid=269
Colonel Hathi

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : proxima du comptoir
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Mar 03 Juil 2007, 21:06

Je ne réponds pas à machin, je réponds à :feuille: !

C'est vrai que l'avortement ne devrait pas être compris comme une contraception d'urgence surtout si l'on s'en tient à la définition de la contraception.
Dico Lonel-Hathi a écrit:
contraception (nom féminin)
action d'empêcher la conception
ensemble des moyens qui permettent d'empêcher la conception
Dans la mesure où la conception a déjà commencé...
(j'ai pas fais bio, j'ai tout acquis par l'expérimentation Embarassed )

Ceci dit, il ne s'agit pas de jouer sur les mots, ni de critiquer la façon dont c'est présenté, attachons nous plutôt au fond qu'à la forme. Tu veux bien ?
Il s'agit de situations dont certain(e)s souffrent, déjà assez fragilisés dans leur quotidien, si l'avortement peut leur éviter de sombrer corps et biens...
ca evitera à un enfant de supporter cette souffrance, celle de sa mère (qui ne manquera pas de faire sienne de cette souffrance. C'est bien connu, les enfants se sentent vite - souvent à tort - responsables du mal être de leurs parents)

Citation :
l'intérêt de l'enfant, ce n'est pas d'être mort
Son intérêt n'est pas non plus d'être vivant avec un sacré handicap , manque affectif, sentiment de ne pas être désiré, besoin de reconnaissance inassouvi (si tôt).
Je te dis ce sont des témoignages très difficiles a entendre que ceux des personnes qui regrettent d'être né. pale quant à les aider, les rassurer, faut être blindé soit même !
Citation :
il y a des gens qui seraient heureux d'adopter un enfant
encore ta conception de l'offre et de la demande ? Neutral
cet enfant sera probablement heureux d'être adopté, mais à situation comparable, en règle générale, on peut supposer que les enfants sont mieux quand ils grandissent dans leur famille de sang. non ?
Faut-il avoir une réserve d'enfants à adopter pour les couples en mal de parentalité ? :scratch2:

Citation :
et puis dans la majorité des cas, le recours à l'avortement découle d'une négligence au niveau de la contraception...
Admettons. Ceci dit, dans cette situation de souffrance, dans la mesure où l'enfant n'est pas désiré, il n'est plus temps d'analyser ni de moraliser mais c'est le temps de la réflexion puis de l'action.
A moins que cette réflexion servent de base pour les autres cas à (ne pas) venir, elle peut être ressentie comme grinçante par des femmes en souffrance.

Citation :
ce serait bien de se responsabiliser un peu...
s'il n'y avait que cette situation, ma pauv' dame ! Rolling Eyes

Ceci dit, je ne pense pas que les femmes qui avortent le fasse de gaité de coeur et avec la même légèreté et insouciance que celle d'aller au cinoch' !
Ca doit être un peu marquant comme (expérience ? silent ) vécu.

Citation :
Maintenant, quand on vient te parler de "délit d'entrave à l'IVG" pour qqun qui s'emploie à convaincre qqun d'autre de ne pas avorter...
Ca dépend des moyens mis en oeuvre pour "convaincre". : :bof:
Si c'est distribuer des (poupées/) foetus aux patientes dans les couloirs des hôpitaux, c'est plutôt mal venue comme méthode.
Si c'est s'enchainer aux grilles des hôpitaux ou de la salle d'opération, c'est terroriste (même si cette violence n'est pas celle d'un attentat)
Les femmes enceintes étant considérées comme des personnes vulnérables (comme les personnes âgées ou les enfants) il convient de les protéger contre toute forme d'abus.
Citation :
Je vais être brutale, mais je considère que si c'est le cas, on n'a qu'à se suicider.
Oui, tu es brutale. Se suicider et ajouter de la peine à ses proches ?
Tiens ! Tu combats l'avortement mais défends le suicide ? Shocked :scratch2:
On aurait le droit d'attenter à sa propre vie mais pas celle de son "enfant" en cours de conception (si toutefois, il s'agit d'enfant Neutral )
La quête du bonheur, ça peut être ça aussi qui "maintient" ses personnes en vie, comme un défi à leur vie non désirée ! Un défi encore plus vivant pour eux que pour nous !

En dehors de tout aspect éthique, morale/moralisateur, la vie étant une chance mais aussi une épreuve difficile et inévitablement mortelle, si pendant nos erreurs de parcours, on a la chance de pouvoir se préserver un peu plus (ça fait égoïste Neutral ) plutôt que de se ramasser au fond, au risque de ne pas se relever, autant utiliser les possibilités qui nous sont offertes (mais qui, je pense, se payent moralement très cher.)

Ceci dit, c'est comme la prison, ou toute autre épreuve difficile de la vie, ça serait bien si ça servait de leçon pour la suite. parfois c'est loin d'être le cas. Sad

J'essaye de comprendre aussi...
Bien sur, je juge, je condamne mais avec le plus de souplesse ou de compréhension possible.

*********
Les syndicats.

d'un coté, mes syndicats ne sont pas représentatifs de la population, de l'autre coté, la population ne se donne pas les moyens d'être représenté conformément à sa composition. aucune conscience politique dans la population, une belle masse grise et silencieuse.

A ce propos, notre Assemblée Nationale n'est pas non plus représentative :nan:
[pareil chez les parents d'élèves ! 70 à 80% des représentants des parents d'élèves ne sont pas syndiqués, et ne sont donc pas représentés lors de colloques et autres réunions nationales. On y invite que la PEEP et la FCPE à l'image de l'Assemblée]

Citation :
on n'a pas le droit d'empêcher qqun de travailler.
Oui, c'est un délit mais tu le sais bien, tout ça n'est une question de rapport de force. Les syndicats sont placés stratégiquement et astucieusement pour faciliter l'immobilisation économique du pays s'il le fallait. rares sont les politiques qui oseraient s'y attaquer, et plus nombreux sont ceux qui ont essayés et qui y ont perdus leurs maroquins.

Débloquer les dépôts de bus ou les usines relève d'une volonté politique très facile a faire respecter. Les forces de l'ordre sont là aussi pour ça.
Il suffit de faire appel à leur service.

Ceci dit le droit de grève est un droit qui ne doit absolument pas disparaitre, sinon c'est beaucoup de liberté en moins et beaucoup d'esclavage en plus dans le monde du travail.
et pourtant, vu ma situation, je ne suis pas prêt de faire grêve. Very Happy

Par contre "se faire payer les jours de grève" semble appartenir aux légendes urbaines. A moins que ce soit mis sur la table des négociations avec le patron et que celui-ci accepte (fait très rare, ce serait se désavouer) j'ai toujours vu que les gens qui avaient fais grève avaient perdus autant de jours non payés sur leur bulletin de salaire de fin de mois.
Malgré les apparences, dans l'EN, ils refléchissent plus de deux fois avant de faire grève, et les jours chômés ne sont pas "remboursés".
Maintenant ça marche peut être pour les syndicalistes, mais payer par le syndicat alors...

On est en pleine mer, on voit même plus la côte ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feuille

avatar

Nombre de messages : 3770
Age : 34
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Mer 11 Juil 2007, 10:21

Comme je vous l'avais dit, j'ai pris mon temps, mais voilà ma réponse... ^^

Colonel Hathi a écrit:
C'est vrai que l'avortement ne devrait pas être compris comme une contraception d'urgence surtout si l'on s'en tient à la définition de la contraception.

C'est pas toujours si évident dans l'esprit des "gens", hélas... Smile
Mais, comme vous le souhaitez, je vais tenter de laisser la forme pour aborder le fond. Même si les deux sont liés...

Citation :
Il s'agit de situations dont certain(e)s souffrent, déjà assez fragilisés dans leur quotidien, si l'avortement peut leur éviter de sombrer corps et biens...
ca evitera à un enfant de supporter cette souffrance, celle de sa mère (qui ne manquera pas de faire sienne de cette souffrance. C'est bien connu, les enfants se sentent vite - souvent à tort - responsables du mal être de leurs parents)
Ce que vous écrivez est juste, mais... ne pas avorter, ce n'est pas non plus prendre en charge son enfant. Il existe des solutions intermédiaires...
je peux comprendre qu'en cas de souffrances, de fragilité, une femme fasse le choix de l'avortement. Mais le problème est que c'est une solution proposée presque "automatiquement", alors qu'il en existe d'autres qui mériteraient que l'on s'attarde dessus...

Et puis, dans de nombreux cas, le motif de l'avortement n'est malheureusement pas la détresse de la mère, mais plutôt son confort : pas de problèmes matériels, mais "trois enfants, ça fait trop". Shocked
C'est beaucoup pour ce genre de cas de figure que je parle de "négligences au niveau de la contraception". Si on ne veut pas du troisième, on se débrouille pour ne pas le mettre en route.

Voir que des femmes qui sont dans cette situation peuvent aisément avorter, alors qu'elles ne sonr pas du tout dans une situation délicate, je trouve que c'est scandaleux.

Citation :
[L'intérêt de l'enfant] intérêt n'est pas non plus d'être vivant avec un sacré handicap , manque affectif, sentiment de ne pas être désiré, besoin de reconnaissance inassouvi (si tôt).
Je te dis ce sont des témoignages très difficiles a entendre que ceux des personnes qui regrettent d'être né. pale quant à les aider, les rassurer, faut être blindé soit même !
Certes... pale mais on peut regretter d'être né sans pour autant être "issu d'un accident", et inversement. Au nom de quoi a-t-on le droit de décider, par avance, que l'enfant sera malheureux ? Neutral

Citation :
Citation :
il y a des gens qui seraient heureux d'adopter un enfant
encore ta conception de l'offre et de la demande ? Neutral
cet enfant sera probablement heureux d'être adopté, mais à situation comparable, en règle générale, on peut supposer que les enfants sont mieux quand ils grandissent dans leur famille de sang. non ?
Faut-il avoir une réserve d'enfants à adopter pour les couples en mal de parentalité ? :scratch2:
Non, ce n'est pas une question d'offre et de demande... Razz
Il ne s'agit pas de donner un enfant à des parents (*smiley horrifié*), mais de donner des parents à un enfant.
En règle générale, un enfant grandira pê mieux dans sa famille de sang... mais dans ce cas particulier ? L'enfant n'aura pas été désiré par sa famille de sang, mais en revanche, par ses parents adoptifs, si.
Pour moi, il faut essayer de "faire les choses au mieux". et ce, tant pour la mère (qui ne peut ou ne veut pas élever son enfant) que pour l'enfant (qui a le droit de vivre). Après... Il y a des cas plus délicats. On ne peut pas non plus retourner au temps des "faiseuses d'ange". Mais l'avortement devrait rester une exception, au lieu de concerner 200000 enfants chaque année. Neutral

Entre une contraception plus rigoureuse (dans la majorité des cas) et le choix de l'adoption, je pense que l'on pourrait beaucoup diminuer le nombre d'avortements.


Citation :
Ceci dit, je ne pense pas que les femmes qui avortent le fasse de gaité de coeur et avec la même légèreté et insouciance que celle d'aller au cinoch' !
Ca doit être un peu marquant comme (expérience ? silent ) vécu.
Evidemment... mais parfois, je me pose quand mêm la question. Certaines semblent considérer que le foetus est une extension de leur corps au même titre que leurs cheveux ou que leur appendice... Et qu'on tend ("on" mis pour les militantes féministes pro-IVG) à présenter l'avortement un peu comme une appendicectomie... Une opération, certes, mais pas plus que ça. :bof:

Citation :
(Délit d'entrave à l'IVG) Ca dépend des moyens mis en oeuvre pour "convaincre". :bof:
Vi... mais sur le principe, je trouve ça... dangereux. Si je parle à une copine qui veut avorter, en lui expliquant "normalement" que c'est un enfant qu'elle porte, et qu'elle change d'avis, est-ce que je ne risque pas quelque chose ? Si je distribue des tracts tout à fait corrects à ce sujet, n'est ce pas "mal" ? Dans "IVG", il y a "Volontaire". C'est donc qu'il y a un choix. Or, poru faire un choix, il faut être informé...

Que l'on condamne les militants anti-IVG qui vont trop loin, pourquoi pas. Mais pas en créant un délit spécifique, qui pourrait donner lieu à des dérives. Est-ce qu'il n'y a pas déjà un volet de la loi qui punit les "menaces et intimidations" ?


Citation :
Oui, tu es brutale. Se suicider et ajouter de la peine à ses proches ?
Tiens ! Tu combats l'avortement mais défends le suicide ? Shocked :scratch2:
On aurait le droit d'attenter à sa propre vie mais pas celle de son "enfant" en cours de conception (si toutefois, il s'agit d'enfant Neutral )
Oui, il s'agit d'un enfant : génôme humain, développement par lui même en continu dans un milieu favorable...
Pour en revenir à ce point : je ne défends pas le suicide. Mais j'estime qu'on n'a pas le droit d'ôter la vie de qqun sous le prétexte qu'il pourrait ne pas être heureux. Reprocher à qqun de nous avoir permis de vivre, je trouve ça... anormal. Même si je comprends que l'on puisse en arriver là. Toutefois, devant cette détresse, je ne crois pas que l'avortement aurait été la solution. Ce genre de réflexion sonne à mes oreilles comme une tentative de suicide : c'est un appel au secours, un appel à être reconnu. Et pas un appel à ne pas avoir existé...

Citation :
La quête du bonheur, ça peut être ça aussi qui "maintient" ses personnes en vie, comme un défi à leur vie non désirée ! Un défi encore plus vivant pour eux que pour nous !
100% d'accord avec vous sur ce point. Sachant que, pour cela, c'est aussi à nous de les aider en leur montrant, tout simplement, qu'ils comptent à nos yeux...

Citation :
En dehors de tout aspect éthique, morale/moralisateur, la vie étant une chance mais aussi une épreuve difficile et inévitablement mortelle, si pendant nos erreurs de parcours, on a la chance de pouvoir se préserver un peu plus (ça fait égoïste Neutral ) plutôt que de se ramasser au fond, au risque de ne pas se relever, autant utiliser les possibilités qui nous sont offertes (mais qui, je pense, se payent moralement très cher.)
je ne sais pas si recourir à l'avortement est réellement une manière de "se préserver". Cela peut parfois être le cas, tout dépend des situations... mais cela peut être aussi un moyen de s'enfoncer un peu plus... Après tout, un enfant, c'est une charge, certes, mais surtout de la joie...


Citation :
J'essaye de comprendre aussi...
Bien sur, je juge, je condamne mais avec le plus de souplesse ou de compréhension possible.
Pour ma part, je m'efforce de comprendre, et de ne pas juger les personnes, mais leurs actes. Une personne peut avoir fait quelque chose d'horrible, mais elle ne se résumera jamais à ce qu'elle a fait...

*********
Citation :
Les syndicats.

Citation :
d'un coté, mes syndicats ne sont pas représentatifs de la population, de l'autre coté, la population ne se donne pas les moyens d'être représenté conformément à sa composition. aucune conscience politique dans la population, une belle masse grise et silencieuse.
Il y a aussi le fait que les organisations syndicales ont été plus ou moins "figées" à la fin de la seconde guerre mondiale, et qu'il est très difficile aux nouveaux de se faire une place : peu de renouvellemetn possible, et des "dinosaures" peu représentatifs qui ne veulent pas céder leur place privilégiée, c'est ainsi que je vois le tableau... Mais je me trompe peut-être.

Pour la représentativité de l'AN... C'est moins vrai que pour les syndicats, qaund même : on n'a pas besoin de prendre sa carte d'un parti (ce que je compare à "être syndiqué") pour pouvoir voter pour qqun dont les idées sont proches des notres...


Citation :
Ceci dit le droit de grève est un droit qui ne doit absolument pas disparaitre, sinon c'est beaucoup de liberté en moins et beaucoup d'esclavage en plus dans le monde du travail.
et pourtant, vu ma situation, je ne suis pas prêt de faire grêve. Very Happy
Bien d'accord avec vous sur l'importance de conserver le droit de grève... Mais il faut pouvoir en contrôler les abus, en faisant le cas échéant appel aux forces de l'ordre, sans que cela passe pour un abus de pouvoir, ou un acte quasi-dictatorial (ou : "de l'art de renverser une situation alors que celui qui est hors la loi, c'est nous"). C'est scandaleux qu'une minorité puisse, impunément, bloquer le pays... et se placer ensuite en victime si on l'en empêche !

Citation :
Par contre "se faire payer les jours de grève" semble appartenir aux légendes urbaines.
Maintenant ça marche peut être pour les syndicalistes, mais payer par le syndicat alors...
Cela ne marce peut-être pas comme ça dans l'EN, mais j'ai l'impression que ça l'est dans les transports ("payez nous les jours de grève, ou on continue la grève"). Ou, en tous cas, c'est régulièrement demandé. après, ce sont pê les syndicats qui mettent la main à la poche... mais c'est tout aussi scandaleux, à mon sens. Neutral

Citation :
On est en pleine mer, on voit même plus la côte ! Wink
Glps... pale
Mais si on continue comme ça, on croisera peut-être une île ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.help-on-line.org/
Dalai-Lama

avatar

Nombre de messages : 88
Localisation : Océan de sagesse
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Jeu 12 Juil 2007, 11:25

Petite précision :
Le droit positif, négocié et obtenu par les syndicats, est applicable à tous, syndiqués ou pas.
Les syndicats sont bien plus respectables que les partis dans la mesure où ces derniers se font tirer les oreilles même quand ils semblent aller dans le sens des syndicats. Les syndicats s'occupent d'abord des conséquences concrètes des mesures et autres inventions des gouvernants.
Si le Cpe est bien enterré c'est à cause des syndicat et de leur acharnement à le faire couler corps et bien dans une jurisprudence prudhommale... Merci les syndicats qui n'ont rien à faire des commentaires de personnes non syndiqués et par conséquence inutiles à une amélioration du syndicalisme, c'est exactement la même chose quand on parle politique sans être inscrit sur les listes électorales.

NB : en U.K les droits positif acquis par les syndicats sont seulement pour les syndiqués, resultat : tout le monde ou presque est syndiqué. Ils sont riches en plus d'avoir une légitimité impossible avec la constitution française. C'est pourquoi se syndiquer est un véritable engagement en france, c'est comme rentrer en religion...

La culture politique c'est surtout de l'histoire, croire que le maximum est déjà acquis est un leurre. Les patronats n'ont jamais cessés de vouloir diminuer les droits positifs des travailleurs, et les syndicats sans moyens dignes d'eux (pas de cotisations en caisses) sont occupés à 95% de leur temps à essayer de faire respecter seulement le code du travail et les conventions collectives.
C'est un monde de voyous...

Quand à l'avortement je botte en touche, non pas que mon opinion ne soit pas faite, mais le sujet est trop sensible sans vision objective.
Je rappellerai juste que la loi dite Veil donne implicitement le droit d'exception à tuer sans se soucier s'il y un statut de l'embryon à définir par exemple. C'est ça le véritable progrès de cette loi : elle est plus humaniste que l'on croit et comme toutes celles qui dans les républiques s'opposent au barbarisme du oeil-pour-oeil des grenouilles de bénitier elle met l'humain existant avant l'humain en voie de désir ou de refus de l'humain vivant et pensant...
Pour en rajouter une couche : la contraception est aussi source de confusions.
Saviez vous que les femmes prenant la pilule sont susceptible de faire deux fois plus de cancer de l'utérus que les autres? Et aussi que les femmes prenant une contraception sont 4 fois moins susceptibles de faire un cancer mortel?

Cela ne veut pas dire que les pilules soient cancérigènes mais s'explique comme ça :
Le cancer de l'utérus est véhiculé par le biais d'un virus transmis lors de l'acte sexuel, et donc les femmes ayant recours à la pilule sont bien entendue plus souvent amenées à rencontrer des partenaires différents, mais ces même femmes vont plus souvent voir leur gynéco ce qui explique qu'elles puissent être détectées à temps en cas de cancer... CQFD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coxi

avatar

Nombre de messages : 220
Age : 29
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Ven 13 Juil 2007, 15:59

Ok Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Feuille

avatar

Nombre de messages : 3770
Age : 34
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Ven 13 Juil 2007, 20:15

Je crois bien que j'avais raté ce post... Embarassed
Un merci spécial à Coxi pour l'avoir remis en évidence ! I love you

Dalai-Lama a écrit:
Les syndicats sont bien plus respectables que les partis dans la mesure où ces derniers se font tirer les oreilles même quand ils semblent aller dans le sens des syndicats. Les syndicats s'occupent d'abord des conséquences concrètes des mesures et autres inventions des gouvernants.

Oui, les syndicats sont utiles, et il est important qu'ils existent... Cependant, je pense qu'ils restent parfois trop campés sur leurs sacro-saints "acquis sociaux"... Au détriment des autres (abus de droit de grève, blocage des discussions sur les retraites...).

Me syndiquer, pourquoi pas, mais j'aimerais pour cela trouver un syndicat qui me ressemble [ndlr : de droite, quoi...] mais... j'ai l'impression que le système syndical est verrouillé. Et que seule la gauche est présente... Neutral

Ce n'est pas une question de "croire que le maximum est déjà acquis"... Je ne savais pas ce que tu dis sur le non respect du code du travail ou des conventions collectives par les patrons (... déccevant. :bof:) ... Mais dire que cetains retours en arrière sont inenvisageables, alors que continuer comme ça fragilise les autres salariés (par exemple, j'ai pas envie de me retrouver à cotiser pour payer deux retraites sur mon salaire)... je trouve ça un peu court-termiste, opportuniste, léger... ce que tu voudras. Neutral

Merci pour les explications, en tous cas ! ^^
Ainsi que pour les précisions sur le droit positif.


Citation :
Je rappellerai juste que la loi dite Veil donne implicitement le droit d'exception à tuer sans se soucier s'il y un statut de l'embryon à définir par exemple.

D'accord avec cela... et oui, cette loi est en elle-même... humaniste (je ne peux pas écrire "bonne". Même si elle a apporté une amélioration notable (euphémisme) par rapport à ce qui se faisait avant)...mais pas avec la suite... il ne s'agit pas d'opposer "humain existant" et "humain en devenir"... mais d'encadrer au mieux une situation de fait. On a deux êtres humain en jeu... Dont au moins un très fragile.

Ce qui me pose problème avec la pratique actuelle de l'avortement, c'est la légèreté avec laquelle cet acte est présenté... Au point que des femmes pour qui "avoir un troisième, ça fait trop" vont y avoir recours, bien qu'elles aient les moyens de l'accueillir...

C'est au niveau des mentalités qu'est le broblème... On est dans une société de consommation et d'hédonisme, où on veut avoir ce qu'on désire, et surtout ne pas avoir ce qu'on ne désire pas... Cette formule s'appliquant aussi aux enfants, et je trouve ça abominable. pale

Intéressantes, tes infos sur la contraception... Commme quoi, il faut prendre garde aux conclusions hâtives.. ^^
(Et conclusion bis : plus on est fidèle, moins on a de chances d'attrapper ce type de cancer ? Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.help-on-line.org/
Inutile

avatar

Nombre de messages : 672
Localisation : Collectif & Fictif
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Mar 17 Juil 2007, 00:48

Smile


Dernière édition par le Ven 20 Juil 2007, 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.quechoisir.org/user/non-frames/list.asp?forumid=269
Feuille

avatar

Nombre de messages : 3770
Age : 34
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   Mar 17 Juil 2007, 19:16

C'est trop long... :bof:

'pas le courage de te lire. Je le ferai, et si je juge ton post inintéressant, je l'éditerai ou l'éliminerai... Ainsi que mon post. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.help-on-line.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le droit daccepter l'autre   

Revenir en haut Aller en bas
 
le droit daccepter l'autre
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Annexe :: Le Troquet Troll :: Inclassables-
Sauter vers: